La Carboxythérapie est une méthode non chirurgicale utilisée depuis une dizaine d’année en médecine esthétique.

Il faut savoir qu’il s’agit d’une technique utilisée depuis les années 1930 dans les cures thermales de Royat dans des indications initialement vasculaires.


Principes

Elle consiste à injecter dans la peau, en sous cutanée, un gaz naturel, non toxique, à l’aide d’une aiguille très fine jetable et stérile du CO2 ou gaz carbonique. Le risque d’allergie est nul.

Cette aiguille est connectée à un pistolet, le CARBOXYPEN. Le gaz, très soluble, va se diffuser très facilement dans les tissus adjacents et exercer ses propriétés.

Premièrement, un effet vasodilateur, accroissant la microcirculation des tissus : augmentation du débit sanguin.
Deuxièmement, une meilleures libération de l’oxygène par les globules rouges du sang

Au total : une meilleure oxygénation des tissus, revitalisation et hydratation.

La carboxythérapie dope la cellule fondamentale du derme qu’est le fibroblaste, qui fabrique les fibres de collagène, les fibres d’élastine et l’acide hyaluronique, macromolécules qui donnent les propriétés de la peau.

La carboxythérapie redonne souplesse et élasticité à la peau.


Indications

L’indication est donc celle du relâchement cutanée au niveau du bas du visage (Ovale), relâchement cutané du cou et décolleté, le dessous des bras. Indication des paupières, des cernes marqués. Indication des peaux fines et  fripées, le dos des mains par exemple.

Mais attention la peau ne doit pas être complètement relâchée. Elle doit encore avoir un certain potentiel pour pouvoir réagir au CO2 et pour obtenir une véritable rétraction cutanée.

Indication des vergetures également. Attention, les vergetures ne disparaitront pas. On peut réduire nettement la largeur des vergetures au bout de quelques séances et récupérer la couleur de la peau. On obtient au final une peau dont l’aspect est plus homogène.

Il s’agit d’une méthode légère, sans risque, même si un vaisseau est piqué, en raison de la solubilité du gaz.
Le gaz carbonique induirait également une diminution de la couche graisseuse sous cutanée.

TRAITEMENT DES CERNES MARRONS

Les cernes marrons peuvent avoir une surcharge de pigment et donc apparaitre foncés, ils creusent alors le regard.
L’origine est souvent ethnique, l’apparition peut varier entre l’enfance pour les cernes très colorés et l’âge adulte pour les plus clairs.

La meilleure efficacité contre les cernes allie l’action de la carboxythérapie avec des peelings spécifiques de la pigmentation.

La carboxythérapie va permettre de ré-oxygéner les tissus et donc de les débarrasser des toxines. Il est impératif pour arriver à un bon résultat d’avoir un minimum de 20 mn par cerne d’interaction gaz/tissus.

La carboxythérapie raffermit la peau des paupières, densifie le derme du visage et réduit  la présence des cernes sur le contour des yeux. Il est souhaitable de faire une séance par semaine pendant 5 à 6 semaines. Parfois il faut refaire une séance de rappel 6 mois plus tard.


Contre-indications

Il n’y a pas de contre indication à la carboxythérapie sur une personne en bon état physique.
De principe pas de traitement pendant la grossesse.

On évitera :

  • Les patients sous anticoagulants ou antiagrégants plaquettaires ou présentant des troubles de la coagulation
  • Les patients atteints de pathologie cardiaque ou pulmonaire graves (infarctus du myocarde récent, insuffisance cardiaque ou pulmonaire)
  • AVC récent
  • Phlébite récente
  • Infections dermatologiques évolutives
  • Epilépsie

Le protocole

En général, on effectue initialement une série de 6  à 12 séances (En moyenne une par semaine ). Par la suite on entretien les résultats avec des séances de rappel espacées de 2 à 3 mois par exemple.

6 séances pour le relâchement cutané du visage.

8 à 10 séances pour la face interne des cuisses et des bras, ainsi que les vergetures.

On observe rapidement dès les premières séances une amélioration de la texture, de la couleur et de l’épaisseur de la peau.

Il s’agit de séances très faciles à supporter.


Effets secondaires

  • Légère rougeur dans l’heure qui suit due à la vasodilatation
  • Petits bleus qui disparaissent rapidement